Vidéo : Comment j’ai écrit #Backstage? Mes étapes de travail!

Hello!!!

ça faisait longtemps que je n’étais pas passée hein? J’espère que vous allez bien! La seule excuse de cette absence ce sont les vacances scolaires, pas très logique je sais mais avec 4 enfants à la maison, je suis sûre que vous trouverez ça un peu plus cohérent 😉

Bref, je reviens ce soir avec une nouvelle vidéo, celle qui vous présente les étapes que j’ai suivies pour essayer de canaliser mes idées et organiser tout ça dans l’écriture du premier tome. J’ai bien sûr repris les mêmes techniques pour le second tome puisqu’elles m’ont vraiment beaucoup aidée!

Je vous laisse avec la vidéo, et comme d’hab, si vous avez des questions, ne vous privez pas de me les poser 😉

Bonne soirée et bon week end!

 

Vidéo : Ask « Pourquoi »

Coucou!

La voilà enfin, ma vidéo #Ask avec vos questions commençant par « Pourquoi »!

Je vous laisse la découvrir 😉

Si vous avez d’autres questions, je vous retrouve dans les commentaires ici ou sur Youtube, comme d’hab quoi 😉

Belle soirée à vous tous!

10 choses sur moi

1. J’ai eu beaucoup de mal à obtenir mon permis de conduire. Après 8 passages, un pause de 10 ans entre la 5ème et la 6ème fois, un repassage de code, plusieurs mois de conduite accompagnée entre la 7ème et la 8ème, je l’ai finalement eu. Ça fait 6 ans, et je conduis sans problème. Mais je ne suis toujours pas rassurée dans certaines situations. Par exemple depuis 6 ans, je n’ai jamais repris l’autoroute. Et si je dois conduire en centre ville ou dans des endroits que je ne connais pas, je stresse vraiment.

2.Je suis née en France mais d’origine italienne du côté paternel. Mon pépé vient d’un petit village près de Vérone, la ville de Roméo et Juliette. Il est arrivé en France pour travailler dans les mines de charbon et il a rencontré ma mémé. Je n’ai pas pu m’empêcher de lui faire un petit clin d’œil dans le roman d’ailleurs.

3.J’ai un esprit très créatif, mais je n’arrive pas à avoir deux moyens d’expression de cette créativité à la fois. Pendant longtemps ça a été le scrapbooking qui me vidait la tête et me soulageait des tensions, puis ça a été la cuisine, la photo, puis de nouveau le scrap. Depuis que je suis retournée à l’écriture de façon intensive, j’ai laissé tout le reste.

4.Ma fille de 6 ans et demi a été « diagnostiquée » enfant à haut potentiel avec un Q.I de 154. Et c’est loin d’être facile au quotidien. Hypersensibilité, rejet de toute forme d’échec, soif insatiable d’apprendre et de comprendre. Que ce soit pour elle ou pour nous, c’est compliqué à gérer. Heureusement, elle est très bien accompagnée à l’école et tout se passe au mieux avec la maîtresse, le personnel et ses copains. C’est déjà ça. Mais les week end et les vacances scolaires sont longs, très longs ! J’ai aussi voulu en parler dans le roman, comme pour me libérer un peu de ça.

5.A plusieurs moments de ma vie, quand je n’avais pas le choix de prendre le premier boulot venu, j’ai été télévendeuse pour différentes sociétés. Et franchement, j’ai détesté ça. Surtout le dernier contrat pour une société de téléphonie mobile (coucou Marilou). Vraiment ce n’était pas mon truc. D’ailleurs j’étais en arrêt maladie au moins une fois par mois, j’avais les tympans défoncés à cause du casque toute la journée, et les cordes vocales tellement usées de parler toute la journée en boucle. J’ai tout arrêté car je tombais en dépression d’aller travailler.

6.J’ai été étudiante en cinéma (coucou Raphaël) jusqu’à la maîtrise que j’ai obtenue avec mention et mon mémoire était un travail sur les personnages de Disney. Eh oui, autant joindre l’utile à l’agréable ! Je me souviens de mes camarades de classe qui se moquaient de moi quand je leur donnais le thème de mes recherches, ça leur paraissait tellement enfantin par rapport aux sujets sérieux qu’ils avaient choisis. Résultat des courses, j’ai eu 16 et les félicitations de ma directrice de stage quant à mon implication et la passion qu’on sentait dans la soutenance, pendant qu’ils récoltaient des 11 ou des 12 tellement ils avaient survolé leur sujet et s’étaient ennuyé à le travailler !

7.J’ai quitté ma région natale il y a 13 ans pour retrouver un garçon qui ne m’aimait même pas autrement que comme une amie. Sans y réfléchir vraiment, aveuglée par la passion à sens unique qui me dévorait et au manque que j’avais de lui, j’ai pris « mes cliques et mes claques » et j’ai tout quitté. Ça a été difficile les premiers temps, car j’étais vraiment seule. Mais je n’ai jamais regretté. J’ai rencontré des gens, et si j’ai finalement dû couper les ponts avec ce fameux garçon depuis longtemps, je me dis que c’est un peu grâce à lui quand même que j’ai changé de vie, et que j’ai rencontré mon mari ici. Il n’y a jamais de hasard dans la vie.

8.Je déteste l’injustice, les gens qui se mettent en avant, l’hypocrisie, les manipulateurs. Je pense savoir cerner les gens pas trop mal, et si je ne sens pas une personne, ça ne peut pas bien se passer. Et j’ai souvent envie de crier au monde entier qu’elle n’est pas comme ils le pensent derrière ses beaux sourires et sa fausse gentillesse. Je suis très rancunière, et si on me fait du mal, ou à un de mes amis proches, je ne pardonne pas et je garde une rage dans le cœur.

9.Je ne peux pas vivre sans musique. Pour me calmer, pour chanter, pour danser, même pour écrire, il me faut de la musique. Bizarrement, ça ne me déconcentre pas, au contraire. C’est comme si ça recentrait mes idées et mes sensations, puisque j’écris sur ces deux choses là. Quand j’ai eu une journée stressante, je me pose, me met le casque sur les oreilles et c’est parti. Et en général, ça passe très vite.

10.En écrivant ce roman, j’avais plusieurs buts. L’un d’entre eux était de l’offrir à celui qui m’a donnée le déclic de réaliser enfin ce rêve. C’est en l’écoutant que j’écrivais, c’est à lui que je pensais en parlant de Benjamin. Il m’a inspirée tout le long, et quand je flanchais, je me disais « Pense au moment où tu vas pouvoir le remercier de tout ça en le lui offrant ». Je ne faisais pas la fière ce jour-là sur ce bout de trottoir. L’émotion me prenait la gorge alors que je tentais de lui expliquer, et son sourire m’a achevée. Mais je lui ai donné, ça y’est, il l’a en sa possession. Il m’a promis qu’il le lirait, je le crois. J’espère qu’on en parlera un peu lui et moi quand ça sera fait….

A la découverte de la ville de #Backstage

Coucou!

Bon je ne savais pas trop comment intituler cette vidéo, mais aujourd’hui je vous emmène avec moi dans les rues de la ville où se passe l’intrigue du roman.

C’est une ville très importante pour moi, il me semblait normal d’y faire évoluer mes personnages. Et puis comme ça je pouvais mieux la décrire puisque je la connais si bien!

Bon visionnage!

Tag : Mes habitudes d’écriture

Bonjour!

Je reviens pour un Tag trouvé sur le blog de Dounia Joy concernant ses habitudes d’écriture. Alors même si ça concerne plutôt son blog dans son article, j’ai un peu détourné le truc en parlant de l’écriture de mes romans 😉

Bonne lecture!


1.Réfléchis-tu avant d’écrire ou y vas-tu à l’instinct ?

Je réfléchis à propos de l’idée de base du chapitre, là où je veux amener le personnage en fait. J’écris un petit résumé de trois ou quatre lignes pour chacun, sur là où il en est à ce moment-là et ce qu’il va lui arriver. Mais quand je commence à écrire le texte en lui-même, je me laisse porter pour tout ce qui est émotions, là c’est carrément à l’instinct.

2. Quel est pour toi l’endroit le plus propice à l’écriture ?

En général c’est mon bureau, et sur un mini portable que je peux transporter partout. Avant c’était sur mon ordinateur principal, mais ça m’empêchait de faire des recherches en même temps sur le net, ou alors je devais tout le temps m’interrompre. Avant, je pensais qu’il fallait que je sois dans le calme, sans aucune distraction possible, mais finalement, même si c’est un peu plus long, je préfère garder un œil en même temps sur les réseaux sociaux, discuter avec les copines.

3.Préfères-tu écrire à la main ou au clavier ? Si à la main, crayon ou stylo ? Si au clavier, partages-tu tes écrits sur internet ou préfères-tu les garder privés ?

Au clavier mais si j’en ai pas sous la main et qu’une idée me vient, j’ai toujours un petit carnet dans mon sac. Par contre, j’y écris juste quelques mots pour me souvenir de l’idée et la reprendre quand je suis devant l’ordi. J’ai envoyé les premiers chapitres à quelques lectrices-test qui étaient intéressées, et j’avais mis en ligne aussi sur Wattpad au début mais je me suis rendue compte que ce n’était pas vraiment lu.

4.En parles-tu avec tes proches ?

Oui, mais j’en avais pas parlé à tout le monde donc ils ont été un peu surpris quand j’ai annoncé que le roman était sorti 😉 Et puis maintenant avec Internet, les nouvelles vont vite ! Je n’ai eu que de bons retours pour le moment, ils sont heureux pour moi.

5.Écris-tu dans l’ordre ou le désordre ?

Dans l’ordre ! Sinon je ne m’y retrouverais pas dans la chronologie de l’histoire. C’est déjà assez compliqué comme ça parfois.

6.Quelles sont tes sources d’inspiration ?

Des gens que je connais, des sujets d’actualité qui me touchent, des sentiments que j’éprouve, des émotions que j’ai vécues. Il y a beaucoup de moi dans ce que j’écris, c’est ce que les gens qui me connaissent me disent en me lisant.

7.Sur quel(s) thème(s) prends-tu le plus de plaisir à écrire ?

L’amour, l’amitié, les belles choses quoi 😉

8.Dans le bruit ou le silence ?

Comme répondu plus haut, le bruit ne me dérange pas, dans la limite du raisonnable.

9.Et à quel moment de la journée ?

Quand je suis seule c’est mieux, sans enfants dans les pattes je veux dire. Donc le soir quand ils sont au lit, si je ne suis pas trop fatiguée et que j’arrive encore à aligner deux idées cohérentes. Sinon, quand ma fille est à l’école et mon fils à la sieste l’après-midi, ça peut le faire aussi !

10.Te relis-tu ?

Oui, à chaque fois que je reprends l’écriture je relis ce que j’ai écris avant, pour me le remettre en tête. Et puis je relis à la fin de chaque partie, et de chaque chapitre. Mais je ne relis pour corriger les fautes qu’à la fin des chapitres, pour rester sur le contenu et ne pas me faire distraire par l’orthographe ou la grammaire.

11.A quel moment éprouves-tu le plus de difficulté ? Début, milieu ou fin ?

Je mets souvent un peu de temps à démarrer la machine, je cherche la première phrase pendant un moment. Et puis tout part de là et vient assez vite ensuite. C’est toujours le début qui enclenche la suite.


A bientôt!

Avant #Backstage, j’ai écris…

Bonjour tout le monde

J’espère que vous allez bien!

Aujourd’hui, j’avais envie de partager avec vous ce qu’il y avait eu avant #Backstage….

J’écris depuis toujours, et des débuts de roman j’en ai fait plein…. Mais je les ai perdus ensuite, et puis ils n’étaient vraiment pas assez avancés pour que ça ressemble à un vrai projet.

Et puis, il y a eu « Sans toi », en tous cas c’était son titre provisoire. Celui-là j’avais vraiment l’intention de le terminer. Le publier, je ne savais pas trop. Car il parlait de choses de ma vie qui auraient pu impacter sur d’autres personnes, même si ça passait sous couvert de fiction… Bref j’ai laissé tomber, et je me suis concentrée sur Marilou, Benjamin et les autres.

Mais ce matin, je me suis dit, pourquoi ne pas le partager finalement, juste le premier chapitre…

Alors le voici 😉

Bisous


Cachée derrière un arbre, dans ce cimetière si grand, je sais que personne ne peut me voir. J’ai toujours aimé ces endroits, respirer ce calme et cette atmosphère si particulière. A chaque fois que j’ai avoué ce penchant pour les cimetières, on m’a traitée de cinglée ou juste regardée de travers. Peu, trop peu de gens ont compris ça, ont admis que je pouvais être tout à fait normale et me balader au milieu des tombes, lire les noms gravés et sourire. Rien de gothique dans mon attitude, très loin de là…. Non, juste un sentiment de quiétude qui me va bien.

Et pourtant, la religion et moi, ça fait au moins deux. Ceux qui ont essayé de me faire entrer ça dans la tête s’y sont tous cassés les dents. Trop d’intolérance alors qu’ils prônaient le respect de chacun. Trop de non-dits, d’hypocrisie….J’ai toujours voulu croire en quelque chose, me sentant trop fragile pour me porter toute seule. J’ai toujours espéré secrètement que les anges existaient, et les fées aussi.

Je les vois, tous, sans les reconnaître vraiment. Un peu de vent souffle et fait se soulever quelques feuilles mortes. C’est le début de l’automne, c’est le jour de ton anniversaire. Hier, j’aurai dû souffler mes bougies, hier nous aurions pu rire encore de cette coïncidence entre nos dates de naissance. Hier j’aurai sûrement reçu un petit message qui aurait compté plus que tous les autres ensemble.

Mes yeux sont collés au cercueil, comme hypnotisés. De là où je suis, je n’entends pas ce que le prêtre dit, et pour tout vous dire, je m’en fous. Je voudrais être ailleurs, je le suis déjà, je ferme les yeux. Je vais me réveiller et me rendre compte que je suis en plein cauchemar. Compter jusqu’à dix et les ouvrir. Je serai dans mon lit, le soleil brillera et j’aurai un message en attente sur mon téléphone… « Désolée pour hier, bon anniversaire, bisous…. ». C’est forcément une erreur, une fausse manipulation du monsieur là haut. Et ces gens qui pleurent devant ce grand trou, ce ne sont pas tes amis, pas ta famille, je me suis trompée….J’ai mal lu le faire-part, le facteur s’est gourré d’adresse, c’est sûr….

J’ouvre les yeux, tout est encore là. Les fleurs, les larmes, le vent…. Quelques personnes se sont éloignées, ne restent que les plus tristes. Et moi, derrière mon arbre, qui ne croit toujours pas à ce qui est en train de se passer…..Joseph…..

Le cercueil est déposé au fond, et voilà c’est fini….Je vais attendre encore un peu et puis me rapprocher, pour voir. Si je dois m’écrouler, je préfère le faire sans témoin, quand il n’y aura plus que les arbres pour me regarder pleurer. Pour me regarder mourir aussi. Car je ne me fais pas d’illusions sur la suite, si c’est vraiment toi dans cette boîte, si tu es vraiment parti, alors je ne pourrai pas vivre encore. Pas dans un monde où tu ne serais plus….

La fatigue me saisit d’un coup, comme si elle voulait rattraper toutes ces dernières nuits sans sommeil, ces nuits ravagées de larmes et de cris étouffés. Assise au milieu des feuilles, adossée à cet arbre qui ne me jugera pas, je me laisse envelopper comme dans un nuage et finit par m’endormir. Je ne sais pas combien de temps je reste là, mais lorsque je me réveille, il n’y a plus personne dans le cimetière. Le trou est recouvert de terre, la pierre est installée et les fleurs envahissent le marbre. S’il faut affronter la vérité, c’est maintenant.

Encore toute engourdie, je me lève et m’avance. Le vent souffle plus fort et emmêle les cheveux sur mon visage. Et puis j’arrive devant la tombe. Ta tombe. C’est la première chose que je vois, ton nom. Et puis en dessous, ta date de naissance, celle d’aujourd’hui. Celle que je n’oubliais jamais, quoiqu’il ait pu se passer. Ce jour était le tien, ce jour n’existera plus.

J’ai besoin de te toucher, de te sentir, j’ai envie de creuser ce trou, et d’ouvrir la boîte. Une dernière fois. Ce n’est pas possible. Je regarde autour, personne. Je bouge un peu les couronnes, m’assois et caresse le marbre. Un sanglot au fond de la gorge m’empêche de respirer. C’est pas grave, on me retrouvera là et je te rejoindrai. Pas grave si mon cœur lâche, au moins je serai tranquille. Tout se brouille devant moi, je pense à mes parents, aux gens qui m’aiment. Je pense à leur chagrin. J’ai lutté toute ma vie pour ne pas les décevoir, pour ne pas les blesser, jamais. Mais là, c’est plus fort que tout.

Le gardien m’a entendue crier, hurler, implorer le ciel de m’emmener aussi. Il s’est approché et m’a trouvée prostrée, les yeux gonflés. Complètement sous le choc. De sa voix douce, il a essayé de me guider loin de ta tombe, Jo, mais je ne pouvais pas, je ne voulais pas te laisser là, tout seul. Nous nous étions promis de ne plus jamais nous séparer…Trop souffert de ces jours sans toi, trop pleuré déjà tes absences.

Je me suis réveillée dans un lit blanc, personne à mon chevet. J’ai rêvé alors, me suis-je dit, ce n’était qu’un mauvais, très mauvais cauchemar….

Vidéo : Mes héroïnes

Coucou!

Il y a beaucoup de personnages principaux dans #Backstage, certains diront beaucoup trop, mais j’ai eu besoin de chacun d’eux dans l’écriture et tous ont apporté quelque chose d’essentiel.

Alors, quand une amie m’a suggéré l’idée de les présenter dans une vidéo, j’ai saisi l’occasion!

Je vous présente donc mes héroïnes dans un premier temps…. La vidéo présentant les personnages masculins arrivera par la suite!

Bisous!

Vos questions (Partie 3)

Bonjour!

Je vous publie aujourd’hui la suite des réponses à vos questions posées sur ma page Facebook (cliquez dans la colonne à droite pour nous rejoindre là-bas)

Bonne lecture!

Et si vous avez d’autres questions, vous qui me découvrez ici, n’hésitez pas à me les poser en commentaire ou en passant par la page Contact!

 

 Quel est ton moment préféré pour écrire

Il me faut du calme et la certitude que je ne serai pas dérangée toutes les cinq minutes. Donc dans l’idéal, quand le petit est à la sieste l’après midi et sa sœur à l’école, ou encore mieux le soir, quand les deux sont au lit. Du coup je me couche souvent trop tard, c’est dur la vie d’artiste !

As-tu un « rituel » quand tu écris (écouter une certaine chanson, boire un thé ou autres :P) ?

Un thé ou une tisane selon le moment de la journée, avec un carré de chocolat (pour le magnésium, bien sûr). Parfois de la musique, mais pas toujours. Je relis toujours ce que j’ai écrit la fois d’avant. Ah oui, et je fais avant de commencer le chapitre, un petit résumé de chaque partie pour savoir ce qu’il va arriver à mes personnages pendant ce chapitre là, et qu’il y ait bien un certain équilibre entre eux tous.

Qu’as-tu écrit avant #Backstage ?

J’avais écrit le début d’un roman qui s’appelait « Sans toi »et que j’avais commencé à partager sur mon blog. Et puis j’ai tout arrêté car ça parlait d’une période de ma vie passée et que je ne voulais pas que les personnes que j’évoquais dedans se retrouvent exposés et blessés par tout ça, c’était trop délicat. Donc je suis partie sur une histoire totalement inventée, même s’il y a un peu, voire beaucoup, de moi dans tous les personnages quand même.

De quoi es-tu le plus fière ?

Si on parle toujours de l’écriture, je dirai de ma volonté et du fait de n’avoir jamais abandonné mes rêves. Pour le reste, de mes enfants bien sûr.

Pourquoi as-tu choisi ce pseudo ?

Oui, car Lorelei Martin n’est pas mon vrai nom. J’aurai pu garder mon nom d’ailleurs car je l’aime bien. Mais pour tout vous dire, la première fois que j’ai entendu ce prénom, j’en suis tombée amoureuse et je me suis dit, si un jour je deviens écrivain, ce sera mon pseudo. J’ai juste rajouté Martin car c’est un nom de famille courant et que ça sonnait bien.

Partages-tu ta passion avec tes proches et ami(e)s ?

Oui ! Ma maman me soutient beaucoup (d’ailleurs c’est elle qui relit et corrige mes quelques fautes d’inattention toutes les semaines lol). Et puis certaines amies virtuelles ou pas qui sont toujours très présentes pour moi. Ça me motive énormément. D’ailleurs c’est pour ça que j’ai créé cette page FB. Je sais qu’il y a des personnes qui attendent de lire la suite alors je ne veux pas les décevoir. Comme je suis la reine de la procrastination pour tout le reste, il faut que je trouve des stratagèmes pour avancer ! Alors merci tout le monde !

Quelles études as-tu faites ?

J’ai fait des études de communication, puis je suis partie dans un cursus plus artistique avec une maîtrise d’Arts du spectacle. J’ai toujours été fascinée par le monde du spectacle. Je me suis spécialisée en cinéma, pour devenir scénariste. Déjà , l’écriture avait une grande place dans ma vie. Mais la vie a fait qu’il a fallu travailler et j’ai enchaîné après la fac les petits boulots alimentaires sans jamais essayer de percer dans ce milieu qui me faisait aussi, je dois le dire, un peu peur.

As-tu contacté des maisons d’édition pour ton roman ?

Non, je n’ai pas osé. Je savais, me connaissant un petit peu, que si j’avais des refus, ça me ferait faire marche arrière, car forcément je me dirai que ce que j’ai écrit c’est nul. On pourrait dire que je suis tombée dans la facilité, mais c’est pas si facile que ça. J’en parlerai mieux pour une autre question en-dessous. Maintenant, si un éditeur venait me chercher, j’étudierai sa proposition avec beaucoup d’attentions hein, qu’on soit bien d’accord 😉

Pourquoi avoir fait le choix de l’auto-édition ?

J’ai deux amies qui se sont lancées l’an dernier et pour qui ça roule pas mal. Ça m’a encouragée à faire comme elles. Et je me souhaite le même succès 😉

Justement, comment ça se passe l’auto-édition (étapes,…) ? C’est compliqué ?

Un peu mais heureusement je suis aidée par une de ces amies dont je parlais juste avant. Disons qu’il faut penser à beaucoup de choses. J’avais cru très naïvement qu’on finissait d’écrire, on relisait et hop on envoyait et c’était bon. Mais y’a des démarches à faire quand même avant de pouvoir l’envoyer et plusieurs petits détails à régler aussi légalement. Mais bon, une fois que je l‘aurai fait une fois, je le saurai pour tous les autres romans que j’écrirai.

Tu en es où ?

J’en suis au stade de la prise de renseignements pour le moment. Et je fais avec mon mari les dernières relectures. Je suis aussi en train de me faire un site pour faire un peu de promo.

En ce qui concerne la première de couverture, c’est toi qui l’a imaginé ?

J’ai donné des pistes à mon amie photographe qui a réalisé pour moi de superbes clichés, pile dans le style et le thème que je lui avais demandé. Je suis ravie !

Vas-tu envoyer un exemplaire de ton livre à l’auteur qui t’a le plus inspiré ?

J’ai bien l’intention d’offrir un exemplaire à quelqu’un qui m’a inspirée oui 😉

Est-ce que tu te considères comme auteure ?

Ben oui, pourquoi ? Non, mais plus sérieusement, j’ai écrit un livre. Qu’il se vende ou pas, il existera pour moi, donc je serai auteure, même si c’est juste pour ma famille et quelques amies qui auront été assez gentilles pour le lire 😉

Vas-tu faire une pause entre ce roman et l’écriture du prochain ?

Probablement car la promo va me prendre aussi un peu de temps. Mais pas trop grande quand même car ça va vite me démanger de reprendre la suite de leurs aventures !

Le prochain va-t-il être aussi sur Internet ?

Je pense oui, car j’aime bien partager, échanger et construire avec vous 😉 Et puis peut-être qu’on sera beaucoup plus nombreux à échanger après la sortie de celui là !