Benjamin

30 ans

Musicien dans un groupe, guitariste

Premier amour de Célia. A dû mettre un terme à cette histoire à cause de la trop grande jalousie de la jeune fille.

Veut percer et qu’on reconnaisse enfin son talent.

Grand, brun, yeux verts. Beau garçon.

Timide et se libère quand il est sur scène.

Passionné par la musique, il n’y a presque que ça qui compte

Ecrit des textes, adore chanter mais n’ose pas se lancer. Se cache derrière sa guitare.

N’a plus vraiment de contacts avec ses parents qui n’acceptent pas son mode de vie. Fils unique. Une grand-mère qu’il adore et qu’il appelle de temps en temps.

Exigeant, parfois colérique, aime la liberté.

Très intelligent et sensible. Romantique

Vit dans un studio à deux pas de la plage.

Appelle parfois Célia pour prendre de ses nouvelles, encore attaché à elle, mais sent que ça les fait souffrir tous les deux de rester en contact.

Donne un nom à ses guitares.

Vos questions (Partie 1)

Bonjour!

Il y a quelque temps,  je vous proposais de me poser des petites questions sur mon travail d’écriture sur ma page Facebook (le lien est dans la colonne latérale, venez, c’est sympa!).

Alors voici la première partie de mes réponses!

Peut-on en savoir plus sur le deuxième roman ?
J’ai juste le thème de base, on va dire. Mais ça changera peut-être entre temps. Si #Backstage plaît à quelques personnes et qu’on me demande une suite, j’y penserai aussi probablement un jour. Je me suis attachée à mes personnages et j’aimerai bien voir comment ils évoluent dans le futur. Je ne peux pas vous en dire plus pour le moment du coup, mais si je reste sur ma première idée, ça serait sur les vies antérieures. Vaste sujet, mais qui me touche et me fascine pas mal.

 Comptes-tu faire de l’écriture ton métier ?

J’en rêve, bien sûr, depuis que je suis enfant. Mais je suis consciente qu’à mon âge « avancé », c’est un peu tard pour être une grande révélation littéraire. On verra bien ce que ça donne, mais en tous cas, j’aurai réussi à réaliser ce rêve d’écrire un livre, de le voir lire par des gens, et de les toucher, et ça sera déjà énorme!

 #Backstage va-t-il être publié en version papier ?

Oui, c’est ce qui est prévu, Et en numérique aussi. Je ne sais pas encore par quel site, mais je me renseigne. J’ai trop envie de le dédicacer pour les quelques personnes qui me l’ont déjà demandé, alors sur papier ça serait l’idéal 😉

Quelle a été la première chose que tu as écrite ?

Je ne me souviens plus de la toute première chose, probablement un poème. Un jour, ma grand-mère m’a donnée un carnet dans lequel sa propre mère, et ensuite ma maman avaient écrit des poèmes. J’ai trouvé ça super alors j’ai continué le carnet. Un peu comme une transmission de mère en fille 😉

 Écris-tu des poèmes, des paroles de chanson ou autres, en plus des romans ?

J’en ai écrit oui, beaucoup. Des poèmes, des débuts de romans jamais terminés, des scénarios pendant mes études de cinéma… Des textes de chanson aussi pour un ami qui avait un groupe. D’ailleurs quelques uns ont été mis en musique mais n’ont pas été entendues par beaucoup d’oreilles J

Quelles sont tes principales sources d’inspiration ?

J’observe beaucoup ce qu’il se passe autour de moi, je m’intéresse à beaucoup de choses. Il y a des auteurs que j’admire énormément, comme Musso, Levy, Tatiana de Rosnay… Mais celle qui m’a le plus inspirée est Katherine Pancol que j’ai découvert avec « Les yeux jaunes des crocodiles ». J’ai trouvé dans ce livre ce que j’aimais le plus. De la simplicité et de belles histoires « normales ». C’est ce que j’essaie de faire dans #Backstage car c’est ce que j’aime le plus découvrir. Elle avait répondu un jour à un mail que je lui avais envoyé, en me disant qu’il fallait que j’écrive, sans réfléchir, sans me poser de questions, que c’était le meilleur moyen d’écrire avec sincérité. Je n’ai jamais oublié ça. Et puis bien sur il y a d’autres personnes qui m’inspirent aussi, des amies, des artistes….

À quel âge as-tu écris ta première histoire ?

Avant l’adolescence je pense. Il faut dire que j’ai su lire à 4 ans et que depuis j’ai toujours dévoré les livres. Je ne me souviens plus de l’âge exact mais je n’étais pas bien haute certainement !

Quel(le) est ton auteur(e) préféré(e) ?

Voir plus haut 😉

Quel est le premier livre qui t’a marquée ?

Mon livre préféré de tous les temps, « Le journal d’Anne Franck »;  cette petite fille, c’est mon héroïne.

Quel est le premier roman que tu as lu ?

Aucune idée, ça doit se jouer entre La Comtesse de Ségur et un Club des Cinq.

 

Célia

Bonjour!

Voici le premier personnage que je souhaite vous présenter…

Afin de m’aider à imaginer les situations pour l’écriture, j’ai d’avord écrit des descriptions plus ou moins détaillées de mes personnages principaux. Et j’ai ensuite cherché quel acteur ou actrice française pourrait jouer ce rôle au cinéma.Donc voilà un de mes documents de travail 😉


25 ans,

Jeune institutrice.

Fraîchement séparée de son premier et grand amour. Souvenirs douloureux et impossibles encore à oublier.

Solitaire et mélancolique.

Vit loin de sa famille dans une ville qu’elle connaît encore si peu.

Blonde, yeux noisette, cheveux mi longs, corpulence normale, assez petite. Complexée par son physique qu’elle juge « ordinaire », ne s’aime pas.

Pas confiance en elle. Jalouse de toutes les filles qui approchaient Benjamin, ce qui a causé la rupture au bout de six ans.

Bordélique, voit tout en noir, capricieuse.

Profondément gentille et à l’écoute.

Très loyale en amitié.

Parents présents et aimants, un frère aîné Florent, 28 ans. Photographe. Très proche.

Enfance et adolescence plutôt heureuses, études réussies. A rencontré Benjamin à 19 ans chez des amis communs. Coup de foudre. Il l’a suivie quand elle a voulu aller vivre dans le sud. Mais le quotidien était difficile, rythmes de vie différents, beaucoup d’incompréhensions.

Un chat Harry, comme le prince

Vit toujours dans l’appartement qu’elle partageait avec Benjamin en centre ville. Aimerait en partir car difficile, mais n’y arrive pas.

Instit en CP, aime son métier, heureuse d’apprendre aux enfants. Ça lui apporte beaucoup, et ça l’aide. Mais le soir quand elle rentre, elle retombe dans la tristesse

(Photo de l’actrice Christa Théret car c’est comme ça que je l’ai imaginée dans le roman)

C’est grâce à lui que tout a commencé…

Il était un de ces piliers immuables. Solide et inoubliable. Il a été pour moi comme un second père, un de ceux qui te construisent et te donnent le bon chemin pour une vie plus douce. Pour tout vous dire, si vous lisez ces lignes aujourd’hui, c’est lui qu’il faut remercier, ou pas. Quand je l’ai rencontré, j’avais à peine six ans. Et encore tout à combattre. Une petite fille timide qui pensait n’avoir rien à offrir, qui ne parlait pas de crainte de n’avoir rien à dire. Qui gardait tout à l’intérieur .J’aimais les mots déjà, beaucoup. Les lire, les entendre, les écrire. Mais je ne les donnais à personne, je ne les disais pas. Je cachais ce que j’écrivais, je ne voulais embêter personne….

Et puis lui, sans le savoir, a ouvert cette porte. Parce qu’il a pris le temps de voir qui j’étais et ce que je j’avais à donner. Je ne sais pas encore aujourd’hui s’il se rendait compte de ce que ça représentait pour moi. Je crois bien, avec le recul, que je ne m’en rendais pas compte non plus. J’écrivais comme je respirais, sans me poser de questions. Et lui recueillait mes phrases et me disait que j’avais du talent. Que j’avais ce truc là, en plus des autres. Que c’était ma force, celle avec laquelle je pourrai me battre.

Moi qui ne croyais plus en grand-chose et encore moins en moi, je me suis mise à rêver. Rêver qu’un beau jour, on emprunterait dans une bibliothèque en France un ouvrage qui porterait mon nom sur la couverture. Que quelqu’un que je ne connais pas lirait ce que j’ai dans le cœur. Et surtout, que je pourrai ce jour là le remercier en lui montrant où j’en étais arrivée grâce à lui.

Et si on me répétait souvent « C’est bien beau de rêver », comme pour me dire que je ne désirais que l’inaccessible, je gardais toujours au fond cette envie folle, ce désir de leur prouver que j’en étais capable, qu’il avait eu raison de me pousser vers le haut. Dans les moments les plus durs, ceux qui m’avaient fait baisser les bras, la petite flamme était restée.

Aujourd’hui il est parti. Mais il est toujours là. Vous me direz, ça fait cliché, oui peut-être. Mais je le sens présent, vraiment. Dans chaque mot que j’écris, chaque signe de ponctuation. Il est dans ma tête, en pleine forme, avec sa force légendaire. Je sais que je ne suis pas la seule à vouloir le remercier. Nous avons tous été ses enfants, il nous a tous fait grandir. Mais j’aimerais être celle qui lui doit le plus. Il était mon instituteur, le meilleur des meilleurs de l’univers. Je ne serai pas celle que je suis sans lui. Et ce roman lui sera dédié, le plus naturellement du monde.

La 4ème de couv…

Bonjour!

J’ai écrit ce petit texte au début de mon travail de rédaction, quand on me demandait « Mais il va parler de quoi ton livre? ».

Alors il était tout naturel pour moi qu’il se retrouve en 4ème de couverture puisqu’il résume tout parfaitement (enfin je crois…)

Et vous qui débarquez ici sans avoir lu le moindre mot dudit roman, ça vous permettra de faire le premier pas avec cette histoire et ces personnages…


Des vies qui se croisent, s’entrelacent et parfois se rencontrent avec violence. Des gens ordinaires, comme nous pouvons tous en croiser au quotidien dans la rue sans savoir ce qui se cache derrière leurs regards.

Histoires d’amour brisées ou prometteuses, projets d’avenir, passions dévorantes… Qu’ils soient jeunes ou plus expérimentés, ces êtres ont tous un point commun, ils courent après un idéal qui les rendra, comme ils le pensent, meilleurs. Certains pensent l’avoir trouvé et le gardent jalousement, d’autres croient l’avoir laissé s’échapper et s’en mordent encore les doigts.

A l’heure où les coups de foudre frappent sur la Toile, où les réseaux sociaux permettent de connaître la vie de tous ceux qui nous font rêver, est-il encore possible d’avoir une vie simple et authentique ? Comment se préserver des dérives de tous ces progrès technologiques qui nous rapprochent et nous éloignent en même temps ? Peut-on encore se passer de tout ça sans être complètement dépassé par ce monde 2.0 qui ne s’arrête jamais ?

Si Célia, Benjamin, Camille et les autres vous ressemblent, ou vous rappellent des personnes que vous avez déjà croisées, ce n’est pas un hasard. Ils sont nous, ils sont la société d’aujourd’hui. Imparfaits, bancals et sensibles, ils ont tous quelque chose à nous offrir.

#Backstage est leur histoire.


Je vous souhaite une jolie fin de mercredi!

Bienvenue ici!

Hello tout le monde et bienvenue sur ce site/blog où je vous raconterai un petit peu ma vie de jeune auteure, tout en vous donnant des infos sur le roman, sa publication etc.

J’ai essayé d’en faire un petit espace cocooning et chaleureux, j’espère que vous vous y sentirez bien.

N’hésitez pas à partager, à me poser des questions, à commenter tout simplement…

Rendez-vous très bientôt pour quelques exclus et pour en savoir un peu plus sur #Backstage!

Pour rester connectés, vous pouvez aussi me suivre sur FB (lien à droite) et Twitter (en bas, même si j’y suis moins active pour l’instant)

Je vous dis à vite!

Lorelei